1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |

Valérie Farina

Ingénieur de production chez Solvay

Son diplôme en poche, Ir Valérie Farina n'aura pas hésité un seul jour. Ecourtant même ses vacances, elle sera engagée en août 2004 au titre de Responsable Développement Produit chez Nestor Martin, à Couvin, un fondeur belge qui conçoit des appareils de chauffage. " A priori, j'étais plutôt là pour faire de la recherche ", explique-t-elle. Soyons franc. Ir Farina, qui n'aime rien tant que le concret et la production, n'y trouvait pas son compte. Même si les essais en laboratoire n'ont rien de virtuel et même si, la petite taille de l'entreprise aidant, elle aura finalement l'occasion de suivre la fabrication des nouveaux appareils de chauffage, du prototype au service après-vente, en passant par les lignes de production et le suivi de production. Elle remet sa démission en août 2006 et, après avoir presté son préavis, elle débarque chez Solvay, au site de production de PVC de Jemeppe sur Sambre à la mi-octobre 2006.

Le grand saut. Cette fois, Ir Valérie Farina est embauchée au titre d'Ingénieur de Fabrication chez un géant. Solvay est présente dans 50 pays et compte environ 30.000 employés. En 2004, son chiffre d'affaires consolidé était de 7,6 milliards d'euros répartis entre trois branches : chimie, pharmacie et production de plastiques. Cette même année, l'entreprise fondée par Ernest et Alfred Solvay, en 1863, fut introduite dans l'indice Euronext 100. " Je suis la seconde femme Ingénieur de production à travailler chez Solvay, à Jemeppe. Et la seule aujourd'hui puisque je remplace la première, affectée désormais au siège bruxellois de l'entreprise ".

" En étant Ingénieur Civil, il y a peu de domaines qui ne sont pas accessibles "

" J'ai toujours aimé le concret, explique Ir Farina. En secondaire, j'adorais les maths et les sciences. C'est ce goût du concret qui m'a fait choisir le métier d'ingénieur". Valérie Farina a une théorie bien à elle lorsqu'on l'interroge sur l'orientation que devrait prendre un étudiant lorsqu'il hésite entre les études d'ingénieur et celles consacrées aux " sciences dures ". " Choisissez le métier d'Ingénieur. En tant qu'Ingénieur, les " sciences dures " vous restent ouvertes, moyennant une formation. Un scientifique " pur et dur " aura bien plus de mal à se lancer dans le métier d'ingénieur. En choisissant les études d'Ingénieur, vous vous offrez de nombreuses opportunités ".


En savoir [+]


Sylvie Debuysschere

Superviseur environnement chez Baxter

Pendant deux ans, Ir. Debuysschere a été membre du personnel scientifique temporaire de l'UCL (assistante pour certains travaux pratiques et recherche). « La recherche fondamentale ne m'attirait pas et j'ai donc cherché un emploi dans le secteur de l'industrie », nous confie-t-elle. « J'ai travaillé pendant cinq ans dans une société de fabrication de détergents liquides, au sein du laboratoire de recherche et développement. Ce qui m'attirait, au travers de cet emploi, c'était le contact avec la production (suivi de phase pilote), moins le développement et la gestion de la station d'épuration. En outre, au sein du labo, j'ai eu l'occasion de suivre un projet pilote débouchant sur la construction d'une station d'épuration sur le site. De là, j'ai eu l'opportunité de travailler chez Baxter ».

"Ne jamais croire que l'on sait tout!"

"Ma profession d'ingénieur, dans le secteur que j'occupe, est très variée. En effet, le domaine de l'environnement est en pleine évolution, de plus en plus réglementé et contrôlé. Pour pouvoir exercer ce métier, il faut avant tout aimer ce que l'on fait", explique l'ingénieur. "Une fois le diplôme en poche, il faut continuer à se former et à s'intéresser. Dans chaque fonction, on peut toujours trouver des pistes d'amélioration. C'est mieux que de devoir subir...
Dans le milieu professionnel, il importe de respecter chaque membre du personnel, peu importe le niveau de fonction. Car, tout le monde a un rôle et chacun peut être une source d'information ou émettre des idées en vue d'améliorations. Il ne faut pas croire que l'on sait tout et imposer sans consulter".


En savoir [+]


Béatrice de Longueville

Project Manager de Belgacom

De 1996 à ce jour, Ir. Béatrice de Longueville a travaillé pour le compte de Belgacom Mobile. Au fil du temps, elle a endossé diverses responsabilités: ingénierie et coordination de la construction des sites d'antennes dans le Hainaut, responsable d'une équipe de sept ingénieurs pour l'ingénierie de la couverture GSM de la région Bruxelloise, responsable d'une équipe de 15 ingénieurs et assistantes administratives pour l'ingénierie et le déploiement du réseau de transmission de Belgacom Mobile et, actuellement, responsable de délivrer des projets cross-départementaux (transversaux), en respectant les objectifs, le timing et le budget initialement fixés. 

La femme a sa place dans les métiers de l'ingénieur!

Dans les cours d'ingénieur civil, on était, à peu près, 20% de femmes. Pour les cours de spécialités, il y a des années où il n'y a pas de fille du tout. Par exemple, dans mon année, en mécanique, à Louvain-la-Neuve, il n'y avait pas de fille du tout. Il y avait pourtant 45 élèves. En électricité, il y avait six filles sur un total de 60 élèves.
La femme a, parfois, une vision un peu différente de celle de l'homme. C'est une richesse. Mais, il faut pouvoir l'exprimer et il faut être diplomate pour que cette richesse puisse être acceptée. Tout le monde aurait vraiment à y gagner.


« Avec une formation d'ingénieur, à part les questions de technique financière très spécifiques, on a vraiment l'esprit ouvert à pouvoir comprendre tout ce que les autres départements nous racontent. Finalement, l'essence de mon travail c'est de comprendre tout le monde et d'aider tout le monde à se comprendre ».


En savoir [+]


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |